Category Archives: FRANÇA-1950’s

La foule – Música

“La Foule” (French pronunciation: ​[la ful]; “The Crowd”) is a song sung by famed French singer Édith Piaf, released in 1957. The song was composed by Ángel Cabral [es] with lyrics written by Michel Rivgauche [fr].

Edith Piaf – La foule

Edith Piaf – La Foule (live)

Je revois la ville en fête et en délire
Suffoquant sous le soleil et sous la joie
Et j’entends dans la musique les cris, les rires
Qui éclatent et rebondissent autour de moi
Et perdue parmi ces gens qui me bousculent
Étourdie, désemparée, je reste là
Quand soudain, je me retourne, il se recule,
Et la foule vient me jeter entre ses bras…

Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Écrasés l’un contre l’autre
Nous ne formons qu’un seul corps
Et le flot sans effort
Nous pousse, enchaînés l’un et l’autre
Et nous laisse tous deux
Épanouis, enivrés et heureux.

Entraînés par la foule qui s’élance
Et qui danse
Une folle farandole
Nos deux mains restent soudées
Et parfois soulevés
Nos deux corps enlacés s’envolent
Et retombent tous deux
Épanouis, enivrés et heureux…

Et la joie éclaboussée par son sourire
Me transperce et rejaillit au fond de moi
Mais soudain je pousse un cri parmi les rires
Quand la foule vient l’arracher d’entre mes bras…

Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Nous éloigne l’un de l’autre
Je lutte et je me débats
Mais le son de sa voix
S’étouffe dans les rires des autres
Et je crie de douleur, de fureur et de rage
Et je pleure…

Entraînée par la foule qui s’élance
Et qui danse
Une folle farandole
Je suis emportée au loin
Et je crispe mes poings, maudissant la foule qui me vole
L’homme qu’elle m’avait donné
Et que je n’ai jamais retrouvé…

Milord – Música

“Milord” (French pronunciation: ​[milɔʁ]) or “Ombre de la Rue” [ɔ̃bʁə də la ʁy] (“Shadow of the Street”) is a 1959 song (lyrics by Georges Moustaki, music by Marguerite Monnot), famously sung by Édith Piaf. It is a chanson that recounts the feelings of a lower-class “girl of the port” (perhaps a prostitute) who develops a crush on an elegantly attired apparent upper-class British traveller (or “milord”), whom she has seen walking the streets of the town several times (with a beautiful young woman on his arm), but who has not even noticed her. The singer feels that she is nothing more than a “shadow of the street” (ombre de la rue). Nonetheless, when she talks to him of love, she breaks through his shell; he begins to cry, and she has the job of cheering him up again. She succeeds, and the song ends with her shouting “Bravo! Milord” and “Encore, Milord”.
The song was a #1-hit in Germany in July 1960. In UK it reached #24 (1960), in Sweden #1 during 8 weeks (15/6-1/8 1960), in Norway #6 (1959), and in the United States #88 (Billboard Hot 100 in 1961).

Edith Piaf – Milord

Allez venez, Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cœur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port
Une ombre de la rue

Pourtant, je vous ai frôlé
Quand vous passiez hier
Vous n’étiez pas peu fier
Dame, le ciel vous comblait
Votre foulard de soie
Flottant sur vos épaules
Vous aviez le beau rôle
On aurait dit le roi
Vous marchiez en vainqueur
Au bras d’une demoiselle
Mon Dieu, qu’elle était belle

J’en ai froid dans le cœur

Allez venez, Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cœur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord
Vous ne m’avez jamais vue

Je ne suis qu’une fille du port
Une ombre de la rue

Dire qu’il suffit parfois
Qu’il y ait un navire
Pour que tout se déchire
Quand le navire s’en va
Il emmenait avec lui
La douce aux yeux si tendres
Qui n’a pas su comprendre
Qu’elle brisait votre vie
L’amour, ça fait pleurer

Comme quoi l’existence
Ça vous donne toutes les chances
Pour les reprendre après

Allez venez, Milord
Vous avez l’air d’un môme
Laissez-vous faire, Milord
Venez dans mon royaume
Je soigne les remords
Je chante la romance
Je chante les milords
Qui n’ont pas eu de chance

Regardez-moi, Milord
Vous ne m’avez jamais vue
Mais vous pleurez, Milord
Ça, je l’aurais jamais cru

Eh, bien voyons, Milord
Souriez-moi, Milord
Mieux que ça, un petit effort
Voilà, c’est ça!
Allez riez, Milord
Allez chantez, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Mais oui, dansez, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Bravo, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Encore, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da