Milord – Música

“Milord” (French pronunciation: ​[milɔʁ]) or “Ombre de la Rue” [ɔ̃bʁə də la ʁy] (“Shadow of the Street”) is a 1959 song (lyrics by Georges Moustaki, music by Marguerite Monnot), famously sung by Édith Piaf. It is a chanson that recounts the feelings of a lower-class “girl of the port” (perhaps a prostitute) who develops a crush on an elegantly attired apparent upper-class British traveller (or “milord”), whom she has seen walking the streets of the town several times (with a beautiful young woman on his arm), but who has not even noticed her. The singer feels that she is nothing more than a “shadow of the street” (ombre de la rue). Nonetheless, when she talks to him of love, she breaks through his shell; he begins to cry, and she has the job of cheering him up again. She succeeds, and the song ends with her shouting “Bravo! Milord” and “Encore, Milord”.
The song was a #1-hit in Germany in July 1960. In UK it reached #24 (1960), in Sweden #1 during 8 weeks (15/6-1/8 1960), in Norway #6 (1959), and in the United States #88 (Billboard Hot 100 in 1961).

Edith Piaf – Milord

Allez venez, Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cœur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port
Une ombre de la rue

Pourtant, je vous ai frôlé
Quand vous passiez hier
Vous n’étiez pas peu fier
Dame, le ciel vous comblait
Votre foulard de soie
Flottant sur vos épaules
Vous aviez le beau rôle
On aurait dit le roi
Vous marchiez en vainqueur
Au bras d’une demoiselle
Mon Dieu, qu’elle était belle

J’en ai froid dans le cœur

Allez venez, Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cœur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord
Vous ne m’avez jamais vue

Je ne suis qu’une fille du port
Une ombre de la rue

Dire qu’il suffit parfois
Qu’il y ait un navire
Pour que tout se déchire
Quand le navire s’en va
Il emmenait avec lui
La douce aux yeux si tendres
Qui n’a pas su comprendre
Qu’elle brisait votre vie
L’amour, ça fait pleurer

Comme quoi l’existence
Ça vous donne toutes les chances
Pour les reprendre après

Allez venez, Milord
Vous avez l’air d’un môme
Laissez-vous faire, Milord
Venez dans mon royaume
Je soigne les remords
Je chante la romance
Je chante les milords
Qui n’ont pas eu de chance

Regardez-moi, Milord
Vous ne m’avez jamais vue
Mais vous pleurez, Milord
Ça, je l’aurais jamais cru

Eh, bien voyons, Milord
Souriez-moi, Milord
Mieux que ça, un petit effort
Voilà, c’est ça!
Allez riez, Milord
Allez chantez, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Mais oui, dansez, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Bravo, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Encore, Milord
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da
Ta da da da da da

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out /  Canvia )

Google photo

Esteu comentant fent servir el compte Google. Log Out /  Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out /  Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out /  Canvia )

S'està connectant a %s

Aquest lloc utilitza Akismet per reduir els comentaris brossa. Apreneu com es processen les dades dels comentaris.